UN CDI A TOUT PRIX

01 avril 2011

Voici le chapitre 6 : difficile d'avoir pour rivale une...sa.... à vous de trouver la suite

CHAPITRE 6 : TROP DUR DE TRAVAILLER

J'arrive à ma nouvelle unité.Personne n'est là pour m'accueillir.Je décide de me diriger vers les premières personnes que j'apperçois et qui sont en pleine conversation :

"Ce n'est plus possible de travailler dans ces conditions, l'imprimante ne marche plus, le téléphone grésille.En plus, mon ordinateur met un temps fou à s'allumer chaque matins."(Elle, c'est Josiane)

Le collègue masculin réplique : - Faut que j'arrête ce boulot.Je ne sais plus par où commencer, tellement j'ai à faire.Je ne comprends pas comment les autres y arrivent et pas moi.Je fais dépression sur dépression tellement je me sens nul."(Lui, c'est Didier)

Moi je me dis : vas-y arrête, après tout les vautours sont là pour prendre ta place !

Une autre collègue se mêle à la conversation : - "Faut arrêter de vous plaindre la bouche ouverte, vous faites chier ! " (Elle se prénomme Jessica)

Tandis qu'ils continuent à discuter sans se soucier de ma présence, de mon côté je réfléchis et pense à une chose : si Didier s'en va, il libèrera une place en cdi.Bon, je sais ce que vous vous dites : elle est dégueulasse, elle souhaite le malheur des gens.Mais au contraire, s'il n'est plus heureux à sa place mieux vaut qu'il aille voir ailleurs.Cela rendrait deux personnes heureuses.Vous voyez comme je suis bienveillante !

Autrement, toutes ces petites chamailleries me font bien rire.Faut bien que je m'amuse à défaut de pouvoir participer à la conversation.

Enfin, Josiane s'interrompt et me parle :

"Tu es nouvelle ?

- Oui et je voulais savoir où je devais me mettre aujourd'hui, car on ne m'a rien indiqué.

- Attends, je vais essayer de trouver les responsables de l'unité.

- Merci."

Heureusement que Josiane était là car les autres ne m'ont même pas adressé la parole.Ca commence bien.

Tiens, je vois au loin un visage familier, c'est Mélissa.Elle s'approche de moi :

- Alors t'es là toi aussi ?

- Oui.Ca me fait plaisir de te voir car j'ai l'impression qu'ici c'est pas la joie.

- Non tu vas voir ils sont sympas.C'est juste qu'il y a beaucoup de tension à cause de la masse de travail à fournir.Rien à voir avec les autres services.

- T'es la depuis quand ?

- Depuis la semaine dernière."

Là arrive un homme très bien habillé, d'une trentaine d'années et qui nous coupe en pleine conversation :

- Bonjour Mélissa, tu vas bien ?

- Oui, merci.

- Alors tout se passe bien pour toi ?

- Oui, oui.Super.

-Tant mieux."

Il se tourne enfin vers ma direction :

- Je suis Hubert Valant, responsable de l'unité sociale.En ce qui concerne, votre activité du jour, vous irez à l'accueil car on a un flux très important.Vous y resterez la journée.Demain, vous irez à l'archivage.Puis, vous verrez avec Bénédicte, la seconde responsable, pour la suite des évènements.

- Très bien."

Puis il part.Franchement, quel connard ! Il aurait pu prendre de mes nouvelles à moi aussi.Mais non, il était trop occupé à mater les seins de la petite (qui sont d'ailleurs de sortis aujourd'hui).Je sens que ce service va me plaire !

Toute la journée, j'ai couru à droite à gauche.Je ne savais plus où donner de la tête.C'est terrible d'être jeté aux loups de cette façon.Le soir en rentrant chez moi, j'étais extenuée.Tout comme les deux semaines suivantes, d'ailleurs.Mais les débuts sont souvent difficile.En plus de se familiariser avec les collègues, il est indispensable de renseigner les clients, de maîtriser les outils informatiques, les logiciels.Toutes les réponses se trouvent dans le pc me disent les collègues mais reste à les trouver !

Mise à part ces difficultés qui sont sommes toutes normales, ce qui commence à me déranger sérieusement, c'est le responsable de l'unité : Hubert.Ce dernier ne me dit jamais bonjour voire une fois sur deux.Au début, je me disais le pauvre, il a pas mal de boulot.En outre, nous sommes environ cent soixante salariés dans cette gigantesque entreprise.Donc, il peut avoir penser m'avoir déjà salué.Seulement, au fur et à mesure que les jours passent, je me suis rendus compte qu'il adorait les nouvelles recrues de moins de vingt cinq ans dont Mélissa, principalement.Il va la voir à chaque fois ( je le vois faire puisque je travaille très souvent avec elle).Moi il m'ignore, elle il l'adore !

Et de l'autre côté, j'ai la petite protégée qui n'arrête pas de me dire : "Il est vraiment sympa, c'est un chef formidable, tu ne trouves pas ?"

Bien entendu j'acquiesce bêtement, faute de quoi elle penserait que je suis jalouse et n'hésiterait pas à aller lancer une rumeur.

Imaginez-vous : Lila la méchante jalouse ! Pourtant je ne pense pas l'envier mais je voudrais juste un peu d'attention sur le travail que j'effectue.Un merci n'a jamais fait de mal à personne néanmoins cela devient très rare.

Merde ! Ca me rend folle tout de même.Je me rends compte que je suis trop vieille à trente cinq ans !!! J'en suis réduite à la jouer faux cul, hypocrite, un peu coconne et pas rancunière.Pendant que lui me dis bonjour à sa guise, moi je lui réponds gentiment tout le temps.C'est remarquable cette façon de me montrer que je ne suis rien comparé à lui.Malheureux constat : les boss n'aiment pas les trentenaires.Ce qui m'ennuie le plus, c'est que mon travail n'est pas estimé à sa juste valeur.Par conséquent, comment pourrait-on me proposer un cdi si le responsable ne voit pas mon travail ?

Alors je suis là, jour après jour à me dire : qu'elle est la solution ? Porter des mini jupes, jouer à la pétasse et rigoler bêtement aux blagues (qui ne sont même pas drôle qui plus est).Mais je ne peux pas, ce n'est pas mon genre.Je peux être un petit peu fausse mais beaucoup, c'est trop dur.Pourtant, je veux un cdi à tout prix.Enfin presque à tous prix! En plus, je le mérite.Je travaille bien, j'obéis quasiment tous le temps, je rends service.Un vrai petit esclave.Cepandant, la compétition est acharnée.Chaque jour, il faut innover, en faire plus, plus, plus.Sans quoi, vous êtes morts.Enfin, je ne vais pas m'attarder là-dessus parce qu'après tout d'autres personnes verront sûrement "l'excellent" travail que je fournis.Du moins, je l'espère.

Passons à un sujet plus léger.Comme vous le savez déjà nous sommes très nombreux dans cette entreprise.Entre les collègues du service juridique, sociaux, bancaire, emploi, on s'y perdrait.Tous ce beau monde dans un même bâtiment, avec toutes ces histoires.Histoires de maîtres et de maîtresses notamment.C'est pire que dans les feux de l'amour là dedans ! Un salarié sur quatre a couché avec sa collègue.Je vous jure.Du moins, c'est ce qu'il se dit.Pour ce qui est de la vérification, il faudrait que je reste tard chaque jours, pour en avoir la démonstration en direct ! Apparemment, tout se passerait à la fermeture des portes.Pour preuve la conversation téléphonique d'Ingrid, hier après-midi, qui racontait :

"Je suis restée jusqu'à 20h30 mercredi pour terminer le dossier de Mr Jacques Berno.Je pensais que le service était mort et que tous le monde était parti.Mais lorsque je suis allée aux toilettes, j'ai entendu du bruit dans le bureau de Caroline.J'ai regardé à travers les stores et j'ai vu Caroline et Joseph en pleine action (......) Si je te jure ! (....) C'était incroyable ! (.....) Tu te rends compte sur le bureau ! (......) Là où l'on reçoit les gens ! C'est dégueulasse ! (....) Elle est mariée quand même à un médecin et a trois enfants et une superbe maison ! Elle bosse pour le plaisir (....) Oui, t'as raison elle aime trop son travail. Jusqu'au plus profond d'elle même ! (Eclats de rires).Et lui, il a cinquante ans et deux enfants, pff ça craint (.....) Oui, je suis tout à fait d'accord, en plus il est moche, je ne sais pas ce qu'elle lui trouve ! (....) Oui, c'est vrai que c'est un beau parleur.Elle est tombée dans le panneau.Bon, en même temps ils sont majeurs donc ils font ce qu'ils veulent . (...) Un couple d'infidèle de plus dans notre belle entreprise (.......) C'est dingue les couples qui se forment et les enfants qui naissent de ces tromperies " (......) T'as raison c'est beau l'amour.Allez, il faut que je te laisse j'ai quand même un métier.A plus."

C'est quoi cette boîte d'échangiste ! Ils ont tous chaud aux fesses là-dedans ! C'est alors que je me suis promise, de rester ne serait ce qu'une fois avant la fin de mon contrat,jusqu'à 20h30, par curiosité.Après tout, je voudrais juste faire un état des lieux par moi-même.Outre cela, depuis hier, je désinfecte les claviers, les combinés téléphoniques et tout ce qui se trouve sur les bureaux.Nous ne savons jamais à quoi ces derniers ont pu servir !

Mise à part les ragots, aujourd'hui je suis de corvée d'archivage. Chouette ! je vais classer tout ce qui trainent depuis cinq ans (au moins) mais j'accepte avec le sourire.

N'oubliez jamais cette règle : si vous voulez un cdi souriez à chaque fois que l'on vous donne une tâche à faire.En revanche, cela ne vous interdit en rien de penser "Vous faites chier".

Ranger, classer, pendant que Mélissa flirte avec le responsable.

Je n'ai pas de bol ! je me fais toujours avoir.Mes parents avaient raison, j'aurai dû continuer mes études et aller jusqu'au bac plus huit parce qu'un bac plus cinq, c'est pas assez en 2028.Ou bien je devrais coucher.Non ça ne va pas être possible car je ne suis pas assez ouverte d'esprit et d'ailleurs....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par lilanairoli à 22:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Chapitre 5 : Dans le vif du sujet

Dur dur d'être nouvelle employée...CHAPITRE_5_BIS

Posté par lilanairoli à 22:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Chapitre 4 : Premier jour, premières impressions

CHAPITRE_4_LES_PRESENTATIONS Voici la suite de aventures de Lila et ses premiers pas dans sa nouvelle entreprise.Avec une rreur sur le nom du chapitre que je n'ai pas pensé à modifier mais ils'agit bien du chapitre 4 intitulé premier jour....Vous aussi donnez moi vos impressions sur votre premier jour de travail !

Posté par lilanairoli à 22:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

31 mars 2011

la suite demain

J'espère que vous aimerez les débuts.Je publierai la suite demain et ainsi de suite.Je dois encore m'améliorer en ce qui concerne mon blog et comme vous l'aurez compris je n'ai pas mis les chapitres par ordres, mille excuses, commencer par le un, sinon vous n'allez rien comprendre....

Posté par lilanairoli à 14:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Chapitre 3 : la réponse

chapitre_3_la_r_ponse

Posté par lilanairoli à 14:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Chapitre deux : l'entretien

un_cdi___tous_prix_chapitre_2

Posté par lilanairoli à 14:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

CHAPITRE UN : Présentation

 

CHAPITRE 1 : PRESENTATION

Je regarde mon calendrier, quel jour sommes nous ? Le 25 novembre 2028.Déjà ! Cela fait deux ans que je suis à la maison, à errer ou plutôt à m'occuper de mes trois, je veux dire de mes deux enfants et de mon mari.Moi, c'est Lila Nairoli, je suis mariée, j'ai trente cinq ans et je suis maman de jumelles qui ont deux ans.Je suis ce que l'on appelle une MFF traduisez par maman au foyer forcée.Mes enfants, je les désirais mais je pensais les avoirs et retrouver du boulot quelques mois après leur naissance.Sauf que deux ans après, je n'ai toujours rien.Il est vrai que j'ai eu le luxe de prendre un congé post natal de six mois mais depuis c'est le silence radio.Heureusement que mon mari est un "cédéisé" sans quoi nous aurions de gros ennuis financiers.Toutefois, des difficultés commencent à apparaître.Nous terminons dans le rouge chaque mois et ce malgré nos faibles dépenses.

Il faut que je trouve du boulot et vite ! En plus des problèmes d'argent, j'en ai marre d'être à la maison, d'être bonne qu'à la cuisine, au ménage (10/10), à la cuisine, au ménage...

Ben oui, je ne sais pas pour vous mais plus on reste à la maison plus on l'astique et paradoxalement on l'a trouve tout le temps sale ! D'ailleurs, voici l'exemple d'une semaine à la maison :

- LUNDI : j'aspire, j'essuie, je joue avec mes filles, je prépare le repas.Durant la sieste des petites, je dépoussière, je me douche et c'est l'heure du goûter.De surcroît, je fais le goûter avec elles.Elles, elles sont en pleines croissance, elles en ont besoin de ce repas mais moi c'est pas de la hauteur que je prends mais de la largeur...

- MARDI : presque pareil sauf que que je nettoie la salle de bain....

- MERCREDI : j'essuie...

Bon vous avez compris, ma vie est fort passionnante, que d'émotions et d'aventure ! Je me sens nulle, incompétente, inutile.Pourtant, je ne devrais pas, c'est vrai quoi je m'occupe super bien des mes loulouttes et de mon loulou alias mon mari et ma maison est nickel chrome : ça brille, ça brille !!!Cependant, je ne supporte plus d'être quasi H24 à la maison ou en courses (le cercle infernale de la MFF).

Dans ma tête, ça ne va plus.Je n'arrive plus à me satisfaire de tous cela.Je ne veux plus compter mes dépenses, je veux me faire plaisir tout simplement.

En attendant, si je veux trouver du boulot, il va falloir que je mette le turbo car avec un taux de chômage de 20%, ce n'est plus de la concurrence que j'ai en face de moi mais des yens près à tuer pour travailler.

Allez, c'est décidé, je vais tenter à nouveau de dégoter "the job."Et cette fois, je ne baisserai pas les bras comme la dernière fois.A l'époque mes filles avaient sept mois et je souhaitais retravailler.J'avais envoyé deux cent quarante sept lettres et obtenu douze refus, six "On garde votre candidature" et zero entretien.Au bout de six mois de recherche effrenés, je n'en pouvais plus et j'ai finit par craquer, par me dire que finalement j'étais condamnée à rester à la maison et à être élue "Reine du balayage !" Merveilleux et captivant destin en perspective... Mais que je refuse ! Par conséquent, je m'attelle une fois de plus à mon objectif : trouver un emploi.

Tout d'abord, la premier étape consiste à refaire mon cv.Il faut absolument réussir ce support car c'est ma carte d'identité professionnelle.Là, c'est l'angoisse à cause de mes deux années de trou.Tant pis, je vais indiquer mon congé et ma vie associative (cela fera toujours mieux).

Ensuite, arrive la deuxième étape avec ces questions : où écrire ? Pour quels types de poste ????

J'ai un masters d'économie et je ne suis pas difficile.Alors je prends les pages jaunes et je dresse une liste des banques, assurances, établissements scolaire et les différentes compagnies de services privés (anciennement ou dans l'ancien temps nous avions le service public.En revanche, à partir de 2020 tout a disparu.Place aux services privés qui regroupent : (je vous donne les anciens noms afin que vous ne vous perdiez pas) sécu, pole emploi, caf, poste, cram... C'est génial, tout ces services sont devenus payants.Je vous expliquerai le fonctionnement en détail, plus loin).Au total, j'ai écris cent cinquante courriers en deux semaines soit une moyenne de onze par jours.

Enfin, l'ultime étape : l'attente.Je me dis : "Faites qu'ils me

répondent !" Pourtant, une, deux, trois, quatre, cinq, six, sept et huit semaines passent, toujours pas de réponses.Je suis dépitée.Franchement, ils me dégoutent tous ces employeurs.Ils ne prennent même plus le temps de nous répondre.Ca les tuerait de nous envoyer un courrier type ! Même une photocopie m'aurait convenue.

En même temps, ils ont l'embarras du choix... De plus en plus de jeunes font de longues études et ce n'est pas le pleine emploi.

Trop de demandes et pas assez d'offres.Trop de "vieux" qui continuent à bosser, à cause de toutes ces lois sur l'allongement de l'âge légale de départ à la retraite.Résultat des courses : soixante deux ans en 2010, puis soixante quatre ans en 2018 et enfin soixante six ans en 2022.

Ainsi, en terminant l'école à vingt cinq ans en moyenne (et oui, puisqu'il n'y a plus de travail, nous nous disons que l'école est encore le lieu le plus sur, celui qui nous protège de la jungle professionnelle), nous poursuivons par de pauvres stages, petits boulots à courte durée, intérim, cdd puis enfin arrive le saint graal à presque quarante ans : le CDI.

Chouette, je calcule et je me dis que je vais travailler jusqu'à plus de 70 ans ! C'est fabuleux, je vais pouvoir mourir sur scène ou plutôt sur mon bureau.

Cotisons, cotisons pour qui d'ailleurs, je me le demande ? Pour mon voisin Albert ? Non, puisqu'a soixante neuf ans il bosse toujours.Ma voisine Clémence ? Non plus, elle n'a que cinquante huit ans, elle est beaucoup trop jeune.Ah oui, j'ai trouvé : pour mes chers ministres et haut fonctionnaires de l'état afin qu'ils puissent continuer à aller à Bora Bora pendant que nous allons à Boru Boru...

Pendant ce temps le jeunesse, elle n'a plus d'avenir.Elle doit calculer et faire attention à tout.Nous ne sommes plus que des vieux dans un corps de jeune.Plus de place à l'entrain, la fougue.C'est trop beau d'être jeune dit-on.Tu parles, foutaise ! Pour vous dire, je ne voulais pas d'enfants avant d'avoir obtenu un cdi.Mais à trente deux ans, je n'en pouvais plus d'attendre.Fallait écouter les gens autour de moi : "T'es folle, comment tu vas faire, t'as pas de boulot stable !" Je ne vous dis pas quand je leur ai annoncé que j'attendais des jumelles : c'était la CATASTROPHE !!!!

On nous apprend à ne plus vivre spontanément mais à avoir peur du futur et regretter le passé.Moi, j'ai décidé de vivre au présent parce qu'après tout les regrets, nous en aurons toujours.Ce qui compte, c'est d'avancer.Le problème de cette société, c'est qu'elle nous incite à angoisser, à ne pas aller de l'avant afin de mieux nous contrôler.

Forcément, quand nous avons peur, notre réflexe et qui est naturel est de rester figés.Ainsi, nous ne pouvons plus nous défendre et sommes à la merci de ceux qui ont entre autre le pouvoir.Bien, il convient que j'arrête de brasser du noir ! Je vais plutôt m'occuper de déposer mes filles chez leurs grands-parents.Retour à la maison, le téléphone sonne.Je décroche :

"Allo bonjour, Mr Georges Pacaudier, DRH du groupe privé Henri de la Saldrière.Je souhaiterai parler à Mme Lila Nairoli, s'il vous plaît.

- Oui, c'est moi même.

- Vous avez postuler à un poste de chargé de clientèle.Votre candidature nous intéresse fortement et nous souhaiterions vous faire passer un entretien jeudi 29, si vous êtes disponible.

- Bien sur, aucun problème.

-Très bien, par conséquent, je vous donne rendez vous jeudi 29 à 10h au bureau 32 qui se trouve au 5ème étage.

- Je serais là à l'heure convenue.

- Au revoir Madame Nairoli.

- Au revoir Mr Pacaudier."

GENIAL, je suis trop heureuse enfin un entretien !

Pourtant, je désepérais et je pensais même devoir relancer les entreprises dès la semaine prochaine.Finalement, trente cinq ans c'est peut-être le bon âge pour rebondir.

 

Posté par lilanairoli à 14:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]